Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 16:59

P9252321.JPG

 

Vous pouvez visionner ci-dessous le conseil municipal qui s'est tenu ce jeudi 25 septembre et qui a placé à plusieurs reprises l'équipe majoritaire en porte à faux!

Dès le début, la couleur était annoncée puisque pour la 1ère délibération concernant la liste des membres du conseil des sages, un grave manquement au règlement intérieur et aux critères de candidature était souligné.


Entre les aveux d'echec du projet du Salamot et les subventions d'équilibre renflouant la MJC comme le tonneau des Danaïdes, ce conseil s'est révélé riche en justifications de la part de ceux qui ont à se justifier!


En fin de séance, Mr Dherbeys avouait avec mal que l'accès aux boites mail de la ville était interdit aux conseillers municipaux d'opposition, uniquement, sans raison valable, à part celle de son bon vouloir!

 

 

Nous reviendrons de façon plus précise sur des points de ce conseil dans un prochain article.

 

En attendant, bon visionnage!

 

 

Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 18:37

P9062239.JPGP9062241.JPG

 

C'est à une belle journée de commémoration que notre groupe a assisté ce samedi 6 septembre, en hommage à la libération de Tullins qui a eu lieu le 22 août 1944.

 

Dès 14heures, un défilé de véhicules militaires arpentait les rues de notre commune.

Un camp américain a été reconstitué en bas de la mairie.

A 16h, c'est avec fierté que nous avons assisté à la cérémonie officielle de commémoration. En tant qu'élus de la république, nous accordons une importance particulière à ces moments forts pour notre histoire collective et nous nous devons d'être exemplaires et responsables face à notre devoir.

 

P9062252.JPGphoto-3.JPG

photo-1-1-.JPG

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 14:55

Suite au souhait du groupe PARABOOT, propriété Richard Pontvert et Cie, de regrouper sur un même lieu
ses 2 sites actuels situés sur Izeaux et Tullins, et au regard du cas particulier de cette opération, lié au
caractère emblématique de cet acteur économique sur le territoire, l'Exécutif a validé le 20 mai dernier la
proposition suivante : vente à l'entreprise d'un terrain sur Centr'Alp 2 et rachat du site de Tullins (d'une
surface de 16 371 m2), au prix de 800 000 €. Depuis, l'entreprise Richard Pontvert a accepté le principe des
propositions du Pays Voironnais. Aussi, afin de mettre en oeuvre ce projet et dans l'attente de la cession du
tènement sur Centr'Alp 2, et après validation par l'Exécutif le 24 juin 2014, il est proposé au Conseil
communautaire d'autoriser le Président à signer un compromis de vente dans un 1er temps, au prix de
800 000 € conformément à l'avis de France Domaine, afin de figer les accords et de ne pas perdre de temps
dans les démarches administratives ; puis dans un second temps, d'autoriser le portage foncier par l'EPFL du
Dauphiné de ce tènement situé sur Tullins, afin de mobiliser l'enveloppe financière sur le bon exercice
comptable. Il est proposé de donner un avis favorable aux conditions d'acquisition et de portage foncier de ce
tènement. Concernant les modalités de portage, l'intervention de l'EPFL se fait dans le cadre du
renouvellement urbain pour une durée de 4 ans. Au terme de la 4ème année, le Pays Voironnais définira le
volet final de l'opération, soit habitat et logement social (6 ans), soit développement économique (9 ans).
Jean-Paul BRET ajoute que ce sont des durées maximum et qu'on ne va pas forcément attendre ce temps là
avant de valoriser ce site. Un portage coûte cher et l'objectif est de remettre rapidement le bien sur le
marché.
Conseil Communautaire du 15 juillet 2014
15/21
Intervention de Cédric AUGIER
« Mesdames, Messieurs, Cher(e) Collègue,
Je voulais expliquer mon vote car cela m'est demandé par mes électeurs tullinois. Je souhaite féliciter Julien
POLAT qui a récupéré in-extremis la société Paraboot, permettant de conserver ses emplois sur le Pays
Voironnais. Lors de notre campagne électorale, j'ai rencontré Messieurs FEUILLET et RICHARD, dirigeants
de la société qui souhaitaient près de 2 hectares de terrain pour le développement de leur société, et la
reprise de leurs locaux existants. Il est vraiment dommage que le maire de Tullins n'ait pas souhaité proposer
une solution acceptable pour conserver ces emplois sur Tullins et par cela, préserver les commerces de la
commune.


Entre 2 hectares et 8 000 m2, il y a une différence de plus du double Monsieur DHERBEYS!

 

Si nous avions eu un maire comme Julien POLAT, il est probable que nous aurions gardé cette société sur la
commune. Je voterai cependant pour cette délibération liée à des accords qui permettront de créer de
nouveaux emplois sur le Pays Voironnais. Merci de m'avoir écouté ».


Jean-Yves DHERBEYS estime cette intervention polémique et indique qu'il a rencontré le groupe Paraboot
très rapidement après confirmation de leur intention de quitter le site de Tullins, et de faire un regroupement
avec le site d'Izeaux. Il y a une stratégie d'entreprise dans ce groupe, l'axe Grenoble-Lyon a été préféré. Il ne
faut donc pas polémiquer sur le fait que l'on n'ait pas été réactifs. Un tènement complet a été proposé.


Nicolas CHARLETY ne voit pas ce que vient faire au Pays Voironnais un débat concernant la commune de
Tullins. Quand on est élu et responsable, c'est le souci de l'emploi qui doit primer. On peut avoir des
réponses différentes, mais il faut savoir se respecter. Nous avons tous des inquiétudes sur cette
problématique de l'emploi. Il se félicite qu'une entreprise reste sur le territoire. Mais cela fait-il partie d'une
nouvelle politique du Pays Voironnais et à ce moment là, si d'autres entreprises souhaitent partir (comme
Antésite par exemple) ou ont besoin de déménager, va t-on se retrouver avec la même aide du Pays
Voironnais ou bien ce dossier est exceptionnel, résultant de faits particuliers et c'est une décision
ponctuelle ?


Jean-Paul BRET répond que ce dossier est exceptionnel sauf que le Pays Voironnais a le même
comportement avec la société Antésite. On leur a proposé de s'installer sur Centr'Alp et on est en train
d'étudier le rachat de leur site, à leur demande. Il s'agit d'entreprises emblématiques du territoire. Ce sont
des entreprises familiales qui sont attachées au territoire et dont on sait qu'elles ne vont pas dans deux, trois
ou quatre ans, quitter le « navire ». On ne fera pas forcément les mêmes propositions à d'autres entreprises
ne remplissant pas ces conditions. Un 3ème dossier nous préoccupe, celui de la Chartreuse, qui a de
grosses contraintes par rapport à sa localisation. Nous sommes face à des entreprises qui veulent se
développer, mais ne peuvent pas le faire sur leur site historique et nous accompagnons ces entreprises de
façon préférentielle.


Julien POLAT confirme que l'on ne peut pas traiter de la même manière des entreprises quand on a en face
de nous des interlocuteurs qui sont décisionnaires car les entreprises ont leurs racines localement et qu'elles
ne sont pas dépendantes de Conseil d'Administration qui prennent leur décision de l'autre côté de
l'Atlantique. Cela est un critère fondamental de l'engagement que l'on donnera vis-à-vis d'elles car on est plus
ou moins en confiance quand on a les interlocuteurs décisionnaires en face de nous et pas simplement des
relais. De manière générale, la philosophie développée sera de faire preuve de flexibilité, de souplesse, et de
réactivité face aux demandes formulées. On est déjà dans une conjoncture économique complexe pour des
raisons nationales et internationales. Il n'échappe à personne que nous sommes dans un pays relativement
encadré par des normes, des réglementations, des procédures. Et si nous-mêmes, on en ajoute à notre
échelle, alors on va ajouter de l'inertie à l'inertie. Il faut être en capacité d'adapter l'offre par rapport aux
besoins de notre interlocuteur. Il faut tenir compte de tous les éléments de l'entreprise, sa nature, son
histoire, sa pérennité, sa production, son attachement au territoire, le nombre de salariés, les perspectives de
croissance ainsi que des éléments autres, tels que leur contribution fiscale. On peut estimer que la recette
fiscale va être multipliée par trois avec la création d'un nouveau site sur Centr'Alp. Il aimerait que l'on puisse
intégrer dans nos réflexions le fait qu'accompagner une entreprise dans son projet de re-développement n'est
pas un cadeau mais un investissement que l'on concède avec un retour possible dans des délais
relativement brefs. On analysera cas par cas le profil de l'entreprise, les besoins qu'elle exprime et la
capacité que l'on a à lui répondre. En fonction des scénarii, tout ne peut pas être reconduit dans les mêmes
termes. Dans le cas présent, on achète le site de Tullins et on le revalorisera.


Nicolas CHARLETY est d'accord avec ces dires si ce n'est que pour Antésite, on va racheter le tènement
alors qu'au départ, c'était Antésite qui devait réaliser l'opération immobilière. Il ne voudrait pas que le prix du
foncier en Pays Voironnais sur des futures friches industrielles, soit basé sur le besoin financier d'entreprises
à déménager mais que l'on reste vraiment dans le prix du marché. Ce n'est pas à la puissance publique de
faire monter les prix sur le foncier au nom de l'économie.


Jean-Paul BRET indique que des promoteurs privés devaient faire l'opération et non pas Antésite. A ce jour,
il n'y a plus de promoteurs investissant sur un foncier permettant de faire du logement car cela est trop
conséquent en une seule tranche. Les promoteurs ne font plus de réserves foncières sur plusieurs années.
Conseil Communautaire du 15 juillet 2014
16/21
On fera du portage en sachant bien quelle est la capacité de ce site en matière de constructions. On fera une
offre qui restera dans le marché avec un avis favorable des Domaines.
Julien POLAT confirme que l'on achète au prix des Domaines, ce prix étant conditionné essentiellement au
droit à construire par rapport au classement d'urbanisme du bien. Il est hors de question de déroger à cela.
Pour Paraboot, nous sommes conformes à l'avis des Domaines.


Franck PRESUMEY regrette que Monsieur AUGIER utilise ce dossier pour faire de la polémique politicienne,
ce n'est pas le lieu. Nous sommes heureux à Tullins que Paraboot reste sur le Pays Voironnais car il y avait
de la concurrence. Il salue l'action de Julien POLAT, de Jean-Yves DHERBEYS et du Président, pour avoir
su garder cette belle entreprise même si on a un pincement au coeur à Tullins de la voir partir.


Cédric AUGIER ne pense pas avoir fait de polémique mais 70 personnes consommaient sur Tullins au
moment du déjeuner et cela représente un manque à gagner pour le commerce tullinois.


Gilles JULIEN se félicite de la position du Pays Voironnais dans ce dossier. Il faut faire les efforts quand cela
est nécessaire. Ce dossier tranche avec celui de la société Arjowiggins que nous avons évoqué lors du
dernier Conseil. Dans ce dossier, la BPI a financé la délocalisation en Ecosse à hauteur de 186 M€, le plan
social sur 2014, à hauteur de 60 M€. Tous ces millions pourraient servir au renouveau de l'entreprise.
Michel ROSTAING-PUISSANT note que les frais de portage s'élèvent à 2,4 %. Ne sont-ils pas indicés au
Livret A ? Jean-Yves DHERBEYS lui répond qu'ils sont fonction de la catégorie de portage.


Anne GERIN revient sur le portage par l'EPFL, et la projection à vocation économique à terme, voire à
vocation logement, ou les deux. A t-on déjà des projets sur Tullins ? Le Pays Voironnais est-il prêt à
accompagner cette transformation du site ? Jean-Yves DHERBEYS lui répond par la positive. On va étudier
dès l'automne, une révision du PLU. On aura l'occasion d'en discuter avec le service économie et logement.
Il peut y avoir une vocation mixte sur ce tènement. On va donc lancer des études dès début septembre.


Jean-Paul BRET note que le Pays Voironnais souhaiterait que toutes les friches industrielles restent à
vocation économique. Il est vrai que selon l'implantation, cela n'est pas forcément propice. Mais à un
moment, on ne pourra plus créer de toutes pièces des zones dédiées à l'économie car le terrain manquera
ou coûtera cher. Le ScoT préconise de maintenir le plus possible de mixité fonctionnelle, pour maintenir les
emplois près des logements.


Adopté à l’unanimité (70 pour, 0 opposition, 0 abstention)

Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 14:00

dherbeyCe mercredi 9 juillet, j'ai assisté à la deuxième commission intercommunale "Culture, Patrimoine culturel et équipements sportifs" du Pays Voironnais où j'ai pu entendre Mr Présumey évoquer des réflexions menées au sein de la commission municipale à la vie locale (Economie, tourisme, patrimoine...) Or, les 3 membres élus de notre groupe d'opposition pour cette commission, n'ont pas été convoqués. La loi semble donc ne pas être respectée.

A vrai dire, depuis les élections, aucune commission n'a du avoir lieu dans notre commune, puisque nous n'avons jamais été sollicités pour remplir nos fonctions. Sauf qu'apparemment, il y a tromperie et mensonge puisque ces commissions ont l'air d'avoir eu lieu sans nous! 

Autre exemple: on constate la mise en place d'un appel d'offres pour le mois de juillet, sans consultation de la commission d'appel d'offres ou peut être parce que celle-ci a également  eu lieu "en cachette" mais dans ce cas là, encore dans l'illégalité.

Mme Bucci, adjointe à l'éducation et à la petite enfance parle de ses 30 réunions de concertations sur les rythmes scolaires mais pourquoi en trois mois n'a t'elle pas été capable de réunir une fois la commission rattachée à ce domaine? Je suis membre élue de cette commission et je n'ai toujours pas reçu de convocation alors que débutent les vacances scolaires! Que dois-je en déduire? La loi n'est-elle pas respectée ou sont-ils économes en matière de travail?


Lors du premier conseil municipal, Mr Dherbeys affirmait clairement qu'il inviterait TOUS les ELUS en insistant sur ceux de l'opposition à se joindre à lui pour les réunions de quartier (voir vidéo). Cependant, le journal municipal de ce mois-ci nous apprend qu'une réunion de quartier s'est tenue au Peilladoux le 14 juin 2014, alors qu'aucune information nous a été communiquée, ni directement, ni dans l'agenda de la ville! Agir en sous-marin, pour des soi-disant fervents de la transparence et de l'exemplarité devient une farce et une énorme duperie pour tous les habitants!

Toujours dans son discours du 1er conseil municipal, Mr Dherbeys énonçait «Je suis profondément attaché aux valeurs républicaines et au respect de la démocratie (bien évidemment!) seul doit prédominer l'intérêt communal. Aussi je travaillerai avec tous ceux qui le souhaitent au service de tous les habitants"

Oui, Mr Dherbeys, alors  pourquoi tentez-vous toujours de nous évincer?

Pourquoi avons-nous du vous écrire pour demander d'être invités, comme il se doit en tant qu'élus, aux événements de la commune que vous inaugurez?

Pourquoi au même titre que vos conseillers municipaux "de base" (comme vous appelez ceux à qui vous n'avez confié aucune prérogative), nous ne disposons toujours pas d'adresse mail de la ville?

Pourquoi le courrier pour l'AG des femmes élues de l'Isère  a t-il  été communiqué à Mme Patroncini et à moi-même qu'une fois la réunion passée?

Pourquoi n'avez-vous pas respecté votre propre règlement intérieur pour répondre à notre lettre ouverte? Il vous a fallu un mois pour nous adresser un retour de manière évasive, voire hors-sujet et en contournant certaines questions! Sur les chiffres de la délinquance réclamés  depuis des mois, vous nous fournissez un comparatif sur le seul mois de mai. Alors oui, on peut déjà constater en comparant seulement les chiffres du mois de Mai 2013 à ceux du mois de mai 2014, une évolution de 50% pour les atteintes volontaires à l'intégrité physique, de 77,8% pour les atteintes aux biens et de 100% pour les escroqueries, les infractions économiques et financières. Mais soyons sérieux tout de même, nous attendions des comparatifs annuels! Au regard de ces chiffres, nous comprenons aisément pourquoi vous êtes si frileux à nous les transmettre. Cela entrerait certainement trop en contradiction avec votre terme de  "petite délinquance», sur lequel vous vous discréditez!

Quant à votre délai de réponse, permettez-moi de vous rappeler ce que prévoit VOTRE règlement intérieur, que vous n'appliquez pas:

Chaque membre du conseil municipal peut adresser au maire des questions écrites sur toute affaire ou tout problème concernant la commune ou l’action municipale. Les questions écrites peuvent être posées à tout moment.
Le Maire dispose d’un délai de 15 jours pour y répondre.
Toutefois, dès lors que la réponse à la question posée nécessite des recherches approfondies, ce délai est porté à un mois. Le maire est tenu d’aviser le conseiller municipal concerné, dans les huit jours à compter de la réception de la question, de la prolongation du délai.


D'autre part, pourquoi le local soi- disant prêt pour nous, comme la loi le prévoit,  n'est toujours pas mis à notre disposition?

Pourquoi en tant que directeur de publication, vous inscrivez clairement dans le journal municipal, Mr Di Nola, seul élu de sa liste comme un groupe des élus d’opposition et de même pour Mr Lacroix? Ne faut-il pas être au moins deux pour former un groupe? Faites-vous abstraction des démarches LEGALES pour la reconnaissance et la création d'un groupe politique?

De plus, en disposant d'un journal municipal financé par les contribuables, au même titre que vos indemnités, trouvez-vous normal de vous approprier, sur vos 12 pages, encore un espace sur celui réservé à l'expression libre des élus non issus de votre majorité, en tant que groupe des élus majoritaires ? 

Pourquoi en tant que maire vous connaissez si peu les lois et l'histoire de notre commune? Ne jamais avoir entendu parler des modalités d'un vote public, au premier conseil, pour un élu qui se targue de sa grande expérience est tout simplement risible!

Pourquoi avoir également encore laissé une entreprise comme "Paraboot" quitter notre commune?


Pourquoi niez-vous tous les graves faits qui se sont passés sur notre commune?

Pourquoi justifiez-vous les scores minables de votre parti aux européennes par l'abstention et des raisons diverses ? Ne comprenez-vous pas, tout bonnement, que les gens ont en marre de ceux qui palabrent mais qui n'écoutent pas et qui n'agissent pas? Qu'ils en ont assez d'endurer la réalité, bercés par un son qui sonne toujours de plus en plus faux avec vos belles promesses itératives!

Pensez-vous qu'en parlant dans votre édito de ce mois: "d'être le plus souvent possible au plus près des Tullinois sur le terrain" comme on dit", témoigne d'une réelle proximité de fait ou d'une proximité "comme on dit", pour vous qui n'êtes pas habitués à ça? 


Pour conclure, on sait qu'après tant d'années de non respect de la démocratie, il est difficile  pour vous et votre groupe de renouveler vos vieilles et désuètes pratiques! On ne se réveille pas un matin en se disant "tiens, je vais être plus proche des gens et plus démocrate!"


Mais essayez! Quel émerveillement nous aurions-tous à vous voir changer les choses en profondeur!


  Stéphanie AUGIER

Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 17:57

P7051927.JPG

 

Ce matin, c'est avec plaisir que nous sommes allés à la rencontre de nos concitoyens pour leur remettre en main propre le premier numéro de notre journal "Le petit tullinois libéré".


Ce journal est un nouveau moyen permettant à notre groupe d'opposition de s'exprimer librement. En effet, entre nos temps de paroles et nos droits de réponse limités lors des conseils municipaux, nos interventions sans cesse entrecoupées, la rubrique expression libre limitée à 1400 caractères( espaces compris, et pas un de plus), il était temps pour nous de retrouver la parole librement et autrement que par le biais de notre blog! Et c'est sans évoquer les fréquentes mises à l'écart pour les évènements comme pour la présentation du personnel communal, certaines inaugurations du maire où nous avons été conviés par des élus de communes voisines ou des courriers d'invitation, comme celui pour l'Assemblée Générale des femmes élues de l'Isère, expediées après la date de la réunion...

 

Par ailleurs,ce journal permet également à notre groupe de renforcer notre relation de proximité avec l'ensemble de nos concitoyens et de les informer au mieux de la continuité de notre action.

Certaines remarques sur le fait qu'on était pas en période d'élections ont fait sourire, car contrairement à certains élus qui se montrent, agissent et promettent qu'en période de campagne, nous, nous sommes et nous serons bien présents!

 

Repost0